Bonjour à tous,

Une première réunion avec Antoine Bigot, Architecte de l’Agence Technique Départementale et Agnès Gautier-Delmas, Conseillère en développement au Conseil Départemental a eu lieu à la mairie jeudi après-midi.  Etaient présents Mr le Maire, Christian Robles, Audrey et Laurent.

Les statuts de l’asso, le descriptif du projet, les fiches usages / lieu préparées la semaine passés leur avaient été transmis.

Le calendrier des subventions à été le fil rouge de la discussion : en effet, notre projet rentre dans le cadre de différentes aides dont, pour commencer, un soutien à l’investissement. Le Département, Conseil Régional, l’Etat et les fonds européens vont être sollicités.

Un premier dossier doit être déposé avant le 28 septembre (« La Région Nouvelle-Aquitaine se mobilise en faveur des tiers-lieux pour mieux répondre aux besoins nouveaux d’une population mobile en milieux rural » profitons-en !).

Concernant le calendrier global, la mairie semble être prête à fonctionner sur trois phases :

  • une première phase de travaux sur un seul bâtiment (celui coté voie ferrée, avec principalement le tiers lieu -c’est le nom que l’on donne au café asso, c’est parait-il plus vendeur…- , biblio, etc) plus la problématique de l’assainissement (filière classique, micro station ou assainissement phyto-épuration.. à déterminer), la voiries et les stationnement (sans bitume) et enfin des abords du café. 
  • Une seconde phase concernerait des travaux sur le deuxième bâtiment (avec une salle « propre » de multi-activités culturelle et sportive / salle d’ateliers, d’expérimentation, partages de savoirs – salle « sale » !)
  • Une troisième phase avec la halle et les cheminements entre le lieu et le bourg à une échéance plus lointaine.

Pour le dépôt d’éligibilité, une convention doit être étudiée rapidement afin de définir les termes de la mise à disposition des locaux, les engagements des deux parties (mairie / association) et la question de la durée (l’idée étant notamment de préserver l’association de toute expulsion intempestive !).

De nombreux points administratifs ont été soulevés et demandent un examen ou des réponses :

  • Le statuts des parcelles de La Viguerie au regard du PLUI (plan local d’urbanisme) doivent être compatibles avec leur futur usage Le projet devra également prendre en compte la question des circulations douces entre le bourg et le lieu  pour les intégrer dans le PLUI.
  • La Communauté de communes doit être favorable au projet : c’est une condition presque obligatoire pour l’accès aux subventions. une délibération de soutien peut suffire. Un courrier du maire sera envoyé en ce sens.
  • Un nouveau rdv devra être pris avec la direction des routes pour revoir et clarifier l’accès à la route Départementale.
  • Le terme « restauration » semble induire des exigences onéreuses, en matière d’hygiène notamment. Nommer un espace « Office de tisaneries » semble plus adapté et moins contraignant.
  • Dans le même esprit, la notion d’appartement semble poser différents problèmes (induisant loyer, donc revenus pour le café et donc pas de subventionnement ou encore l’obligation d’un accès indépendant). Pour simplifier, dans le projet initial, des espaces peuvent être aménagés sans les nommer « appartement ».

Le projet de tiers lieux commencerait donc avec  (tranche A) :

  • le café asso, avec la ou les terrasses,
  • la bibliothèque (ou simple point lecture),
  • la vente de produit locaux plutôt désignés sous le vocable de d’épicerie solitaire mais sociable,  pardon solidaire et sociale (cela dit c’est pas forcement une mauvaise idée)
  • le fameux office de tisanerie pour déguster d’excellentes tartines,
  • Un espace co-working ou un autre espace à définir et à associer à ce bâtiment et au café (Benjamin et Adrien planchent dessus à partir des fiches réalisées)
  • Un travail sur les abords, et les circulations.

Le dossier de faisabilité l’ATD (assistance gratuite) s’appuiera sur le travail que nous réaliserons en amont mais aussi sur des séances d’échanges sur place. C’est cette base qui permettra de réaliser un plan de financement prévisionnel et de déclencher les subventions. Le soutien de l’ATD peut se poursuivre (moyennant un financement autour des 3000€) avec l’assistance technique à maitrise d’ouvrage, qui peut aller jusqu’à l’accompagnement de l’appel d’offre aux archi et au suivi du programme avec ceux ci. C’est a priori le choix que fera la mairie.

Pour résumer, la mise en œuvre du projet est lancée : il y a du pain sur la planche et il faudra être patient, à nous de réfléchir à ce que le collectif peut faire en attendant l’ouverture du lieu. Ce sera l’objet de notre prochaine rencontre (un doodle vous sera envoyé bientôt ) A suivre et à bientôt !